Passer au contenu principal
Printemps des Poètes 2024

Poème 07 – Je danse – Lola Berthomé

Je danse

 

Je danse, sur n’importe quel sol, celui qui craque, qui craque au son de ma grâce, celui qui glisse, qui glisse sur la pointe de mon âme, celle qui se tortille, qui se balance lorsque mes émotions ne tiennent pas en place.

 

Je danse, même sur aucune musique, parce que le silence est une mélodie qui a une angine blanche, un drap transparent au fond de gorge, dans lequel j’aime m’enrouler et m’y perdre ; pour y découvrir, des mots égarés, des phrases suspendues, des larmes terrifiées, un sourire, une joie inattendue.

 

Je danse, même lorsque les gens ne me regardent pas. Dans une soirée, dans un bar, au bord de plage, même lorsque le sable me menace, même lorsque le soleil me fait rougir, c’est le spectateur le plus amoureux.

 

Je danse la nuit, lorsque les étoiles me demandent de les rejoindre pour trembler de peur avec elles, je danse le jour pour dessiner dans l’espace de mes pensées noires un arc-en-ciel.

 

Je danse, lorsque la solitude me donne une claque, me menace. Je danse, pour plaire, à cette femme qui vit avec moi et qui ne fait que se détester, que se dénigrer, je danse pour l’embrasser de nouveau, pour la rassurer.

 

Je danse, parce que j’ai besoin de respirer. Je danse, parce que je n’arrive pas à te dire je t’aime, parce que j’ai le cœur qui palpite lorsque je suis devant toi, parce que je n’arrive pas à te dire avec des mots, les sentiments qui m’animent au fond de moi.

 

Je danse tout simplement, pour repousser l’angoisse qui s’accroche à mes chevilles et qui me fait tomber, lorsque je ne fais que marcher, lorsque le vertige me prend dans ses filets.

 

Je danse, pour envoûter le temps qui me nargue, pour démêler les rides qui se tordent sur le visage de mes grands-parents, pour oublier que la vie peut s’arrêter à tout instant. Mais je me fatigue, la mort est une danseuse redoutable, qui gagnera toujours, alors, autant danser avec elle, plutôt que danser CONTRE elle ; puisque jamais je ne gagnerai le combat contre le temps, alors, je danse pour VIVRE, tout simplement.

Librairie-L'irondaine-Firminy-Printemps des poètes 2024- signature - poème7

Un commentaire

Laisser un commentaire